<<< retour à la page d’accueil

 

<<<  Retour à la page

Produits vétérinaires

 

 

Conseils pratiques :

 

> Maladies infectieuses

 

> Problèmes digestifs et hépatiques

 

> Problèmes urinaires

 

> Gériatrie

 

 

 

 

 

Plan du site

Vous êtes ici : Accueil > Produits Vétérinaires > Maladies parasitaires internes

 

* Chez le chien

 

La piroplasmose est transmise par les tiques au moment où celles-ci implantent leur rostre dans la peau pour se nourrir du sang de l’hôte. Les parasites inoculés se logent dans les globules rouges en provoquant leur destruction. Il s’en suit une anémie (les muqueuses sont blanches), puis une auto-intoxication avec coloration brune de l’urine et jaunisse (les muqueuses sont jaune pâle).

L’attention du maître doit être alertée dès que le chien perd l’appétit, reste abattu, semble avoir des difficultés à se déplacer et présente une température élevée, les urines prennent ensuite une couleur foncée. La précocité du traitement conditionne la facilité de la guérison et l’absence de séquelles.

Le traitement comporte des injections faîtes par le vétérinaire : leur rôle est de détruire les parasites dans le sang. Il est complété par différentes actions destinées à éviter le vieillissement prématuré du foi et des reins avec Hépato Biocanina et à restaurer l’état général avec Acticalcion, Pilocanis.

La guérison est facilement obtenue à conditions que l’intervention soit rapide et que l’animal atteint n’ait pas un trop mauvais état général.

La vaccination contre la piroplasmose peut être effectuée bien que la constance de ses résultats soient encore controversée. Mais la lutte contre les tiques reste indispensable pour prévenir cette maladie.

 

La piroplasmose est une maladie sévissant surtout dans le sud-est de la France, transmise par un petit moustique (le phlébotome). Commune à l’homme et au chien, la leishmaniose est due à un parasite microscopique. Elle se manifeste surtout par des symptômes cutanés et par un amaigrissement, plus rarement par des lésions rénales et oculaires. Son diagnostic et son traitement, difficiles, sont du ressort du vétérinaire.

 

* Chez le chat

 

L’anémie infectieuse du chat : l’agent causal est en fait un parasite microscopique des globules rouges, qui provoque une anémie. Il ne prend généralement un développement important qu’à l’occasion de l’évolution d’une autre maladie.

Remarque : la piroplasmose n’existe pas chez le chat.