<<< retour à la page d’accueil

 

<<<  Retour à la page

Produits vétérinaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plan du site

Vous êtes ici : Accueil > Produits Vétérinaires > Notre conseil du mois

La reproduction

 

 

* Cycle reproducteur et chaleur.

 

Encore appelé « cycle oestral », il représente l’évolution de sécrétions hormonales, elles-mêmes conditionnant l’état des organes sexuels et le comportement de la femelle (acceptation ou refus de l’accouplement).

 

Chez la chienne, se succèdent :

 

- Des périodes d’activité sexuelle, les chaleurs, d’une durée de 12 à 20 jours, où l’on peut observer deux phases : pendant la première (stade su proestrus), d’une durée de 7 à 10 jours, les pertes sont abondantes et la chienne attire le mâle mais refuse l’accouplement ; pendant la seconde (stade de l’oestrus), d’une durée de 5 à 10 jours, les pertes sont nettement moins abondantes et la chienne est consentante et fécondable. Les ovulations peuvent s’étaler du 7ème au 17ème jour et la fécondation est possible depuis le 8ème jour jusqu’au terme des chaleurs. Les chaleurs peuvent être interrompues, à condition d’intervenir dans les 3 premiers jours avec Canipil. La saillie peut être réalisée du 8ème au 20ème jour avec un maximum d’efficacité entre le 8ème et le 12ème jour.

 

- Des périodes de repos sexuel, d’une durée de 4 à 6 mois, pendant lesquelles la chienne, en gestation ou non, n’a aucune activité sexuelle et n’attire pas le mâle. La prévention des chaleurs suivantes peut être entreprise avant la fin de cette période de repos, avec Canipil.

D’une chienne à l’autre la durée de chaque phase varie mais chaque chienne reproduit pendant toute sa vie le même cycle avec les mêmes durées, tant que son équilibre hormonal reste en bon état et tant que l’on n’intervient pas pour le modifier.

C’est pourquoi il est indispensable d’établir un calendrier sexuel individuel sur lequel sont notés soigneusement toutes les remarques et les interventions sur le système reproducteur de la chienne.

 

Chez la chatte

 

… Les chaleurs se manifestent en général toute l’année mais leur durée et leur fréquence varient beaucoup d’une chatte à l’autre.

Chez les plus nombreuses, les cycles se suivent toute l’année à 3 semaines d’intervalle : siamoises et chattes européennes.

Chez certaines, on n’observe que deux saisons sexuelles, en fin d’hiver et en fin d’été, comportant chacune un ou plusieurs cycles d’une durée de 15 jours : persanes.

Chaque cycle comporte trois phases :

 

- Pendant les 2 premiers jours, la chatte attire le mâle mais ne se laisse pas couvrir ; l’interruption des chaleurs peut être faite pendant cette phase avec Félipil.

 

- Pendant les 3 à 6 jours suivants et jusqu’à 10 jours, la femelle est consentante ; si elle est saillie, l’ovulation est déclenchée 24 à 30 heures plus tard.

 

- Une période de repos sexuel suit les chaleurs : si la chatte n’est pas fécondée, elle reste en repos sexuel pendant 7 jours avant un nouveau cycle ou quelques mois avant une nouvelle saison sexuelle. La prévention des chaleurs peut alors être entreprise avec Félipil.

 

* Saillie.

 

Lorsqu’on désire obtenir une portée, le choix de la saillie se fait selon les phases observées précédemment :

 

Chez la plupart des chiennes

 

… La saillie peut être réalisée du 8ème au 20ème jour avec un maximum d’efficacité entre le 8ème et le 12ème jour. Le renouvellement des saillies n’a pas une importance capitale car les ovules comme les spermatozoïdes ont une durée de vie de 5 à 6 jours.

 

Chez la chatte

 

… La saillie peut être réalisée à partir du 3ème jour. Dans cette espèce, la multiplication des accouplements sur une période de quelques heures améliore la fécondité.

 

 

* Gestation chez la chienne et la chatte.

 

L’implantation des œufs dans l’utérus est réalisée 15 à 20 jours après l’ovulation. La gestation dure en moyenne 60 jours dans les 2 espèces.

 

La présence des fœtus, perceptible par palpation à partir de 3 semaines, ne modifie l’aspect extérieur de la femelle qu’après 1 mois de gestation.

 

Il faut vermifuger les femelles avec Ascatène comprimés et, si nécessaire, Plativers :

-          Au moment de la saillie.

-          Pendant la septième semaine de gestation pour limiter l’infestation néonatale des petits

L’alimentatoin doit être enrichie pendant le second mois de gestation. (voir notre dossier « soins de la mère reproductrice »)

 

* Mise-bas.

 

Chez la chienne

 

… L’accouchement est annoncé par quelques signes avant-courreurs : la température rectale, située en moyenne à 38.5°, baisse d’un degré 24 heures avant le déclenchement du travail. Avant que ne commencent les naissances, la femelle présente des attitudes anormales variables : elle gratte pour faire son nid, cherche un coin isolé, ou s’agite, ou respire vite, ne tient pas en place ou alors reste couchée, délaisse son repas.

 

La mise-bas commence par l’expulsion d’un liquide abondant, clair, légèrement collant que la chienne lèche : c’est le contenu de la première poche des eaux.

 

Le premier chiot doit apparaître dans l’heure qui suit, généralement la tête en avant, le plus souvent sorti de sa poche mais relié par le cordon ombilical à la « délivrance » ou placenta. Souvent le néophyte est surpris par l’attitude de la mère qui mord dans les enveloppes pour les déchirer si le chiot est enfermé dans la poche des eaux, puis coupe le cordon ombilical avec ses molaires, avale tout ce qui n’est pas le chiot lui-même et lèche celui-ci avec une vigueur ou même une brutalité qui paraissent scandaleuses. Toutes ces attitudes sont normales et il faut se garder d’intervenir. Il arrive cependant que certaines chiennes subissent des déviations d’instinct et ne savent pas effectuer une partie de la tâche maternelle (il faut alors y suppléer), ou, dans un excès de zèle, avalent le chiot ou une partie de celui-ci avec les enveloppes.

C’est pourquoi on doit surveiller un accouchement, mais intervenir uniquement en cas de besoin, et avec doigté !

 

Chez la chatte

 

… Tout se passe de la même façon, mais la discrétion est souvent de mise. Une surveillance de la mise-bas doit pourtant être exercée, avec encore plus de doigté.

 

* Quand consulter un vétérinaire ?

 

Pendant un accouchement… Dès qu’il s’est écoulé plus d’une heure après l’émission de la première poche des eaux, ou après la naissance d’un chiot ou d’un chaton et que rien ne vient, alors que l’on a tout lieu de penser qu’il reste encore des petits.

 

Après la mise-bas :

 

-          Si les chiots ne parviennent pas à téter, ou s’ils s’agitent et crient sans cesse sans raison apparente.

-          Si la mère ne reprend pas son appétit dans les 24 heures.

-          Si elle subit des pertes troubles ou malodorantes (des pertes de sang peu abondantes sont normales).