<<< retour à la page d’accueil

 

<<<  Retour à la page

Produits vétérinaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plan du site

Vous êtes ici : Accueil > Produits Vétérinaires > Notre conseil du mois

Choisir et adapter l’alimentation

 

 

L’alimentation conditionne la santé du chien et du chat ; elle joue sur la croissance et sur l’état du pelage, mais aussi sur le système locomoteur et sur la longévité. Il est possible d’équilibrer en permanence les apports de nutriments, quelle que soit la base alimentaire utilisée.

 

Le régime carnivore implique une importante consommation de protéines dont la métabolisation est réalisée par le foie, et dont les déchets(ammoniaque, urée) sont éliminés par le rein. C’est pourquoi ces organes sont les plus fragiles chez le chien et le chat.

 

La digestion est lente, et les chiens adultes ne font souvent qu’un gros repas. Les changements de régime sont néfastes car la digestibilité d’un nouvel aliment, quel qu’il soit, ne devient correcte qu’après plusieurs semaines d’adaptation ; s’il est inévitable de changer d’aliment, on doit réaliser une transition progressive étalée sur 2 mois. La base de nourriture doit être constante pour que la digestion et l’appétit soient réguliers.

 

La qualité d’aliment consommée s’exprime en matière sèche, sans tenir compte de l’eau contenue dans la nourriture.  Elle est réglée par le besoin énergétique : par exemple, un chien nourri avec un aliment pauvre en énergie a besoin de 40 g de matière sèche par jour alors qu’il se contentera de 15 g avec un aliment très riche. Le besoin d’énergie est influencé par la race (taille, caractère), la saison, l’activité. Certaines périodes de la vie exigent des adaptations : pendant la croissance, les périodes de lactation, de travail, au cours du vieillissement, etc.

 

L’aliment consommé doit contenir tous les aliments indispensables au maintien du poids et de la santé, en quantités suffisantes et respectant un équilibre entre eux et avec l’énergie apportée :

-          Des taux en protéines de l’ordre de 25 à 30% sont nécessaires avec les aliments utilisés en pratique.

-          Les matières grasses peuvent être fournies en quantités importantes comme source d’énergie, à condition que cet excès soit compensé par un supplément en vitamine E, dont la carence est précisément fréquente. Les acides gras insaturés (vitamine H) sont indispensables à raison de 1% de la matière sèche alimentaire.

-          Les minéraux et les et les vitamines sont indispensables à de nombreuses fonctions de l’organisme. Parmi les éléments dont l’insuffisance joue un rôle fréquent sont des vitamines A, B6, H, F et E, le calcium, le phosphore et des oligo-éléments comme le zinc et le cuivre. Le rapport phosphocalcique doit être égal à : Ca/P = 1,3 chez les carnivores. La vitamine D est indispensable à une bonne ossature, mais des excès sont aussi néfastes.

 

 

Quel type d’aliment faut-il utiliser ? Aliments industriels (boîtes, croquettes, soupes à réhydrater…) ou nourriture familiale (viande, légumes, féculents) ?

-          La nourriture traditionnelle est parfaite, à condition que la viande soit de bonne qualité, c’est à dire du muscle en majorité ; il est indispensable d’ajouter tous les jours, pendant la croissance comme à l’âge adulte, un complément adapté, Acticalcion pour équilibrer les apports minéraux. Après l’âge de 7 ans, on change de compléments en donnant Gériocanis pour limiter les méfaits de l’âge et les troubles locomoteurs.

-          Les aliments tout prêts ont l’avantage d’un emploi plus rapide et plus simple. Ils ne nécessitent pas un complément systématique ; il suffit d’ajouter un complément adapté, du type Pilocanis lorsque les besoins sont augmentés (travail, reproduction, froid, etc.)