<<< retour à la page d’accueil

 

<<<  Retour à la page

Produits vétérinaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plan du site

Vous êtes ici : Accueil > Produits Vétérinaires > Notre conseil du mois

Dermatologie.

 

 

Les maladies de la peau sont parmi les affections les plus fréquentes chez le chien car les causes potentielles sont nombreuses et se conjuguent souvent entre elles. Il est impossible de résumer ici toute la dermatologie vétérinaire et nous nous bornerons donc à donner quelques indications qui nous paraissent importantes. On peut classer les affections cutanées en plusieurs catégories tenant compte des causes les plus fréquentes.

 

Dermatoses parasitaires.

 

Les infestations par les puces, tiques, poux aoûtats, parasites facilement visibles, sont évoqués dans le cadre des parasites externes.

 

Chez le chien.

 

Les gales.

 

Il existe plusieurs variétés : sous le terme de gale peuvent être regroupées différentes dermatoses contagieuses causées par de minuscules acariens qui vivent dans les couches superficielles de la peau. Toutes provoquent des chutes de poils et la plupart provoquent du prurit (grattages intenses) pouvant entraîner des lésions de la peau et une surinfection bactérienne.

 

La gale sarcoptique atteint d’abord la tête, puis la face intérieure du tronc, les coudes et les jarrets. Elle est facilement transmissible à l’homme.

 

La gale démodécique, ou démodécie, peu prurigineuse et non transmissible à l’homme, atteint surtout les jeunes chiens de 3 à 12 mois. Elle est classiquement localisée au pourtour des yeux (forme de lunette) et au-dessous de l’encolure. Elle est souvent surinfectée par des staphylocoques.

 

La gale cheyletiella, très prurigineuse, transmissible aux humains se manifeste par des pellicules abondantes sur la tête et le dessus du corps.

 

Pour le traitement de ces gales, notre préférence va aux pyréthrinoïdes appliqués sous la forme de Lotion Insecticide Biocanina à cause de leur efficacité et de leur absence de risque toxique.

Contre la démodécie, le collier Biocani-tique est un traitement complémentaire très efficace.

Les risques de contagion et de rechute sont prévenus par l’application d’Eco-logis sur le milieu et sur le matériel d’entretien de l’animal.

 

La gale de l’oreille ou otacariase, qui atteint le conduit auditif externe, provoque la présence d’un cérumen abondant, brunâtre, et des démangeaisons intenses. Cette gale, non transmissible à l’homme, est très contagieuse entre carnivores. Elle ne s’étend pas à d’autres zones du corps.

Par les grattages violents qu’elle provoque, elle cause indirectement des plaies infectées, des hématomes de l’oreille et même des troubles nerveux. Elle est souvent compliquée par des infections secondaires provoquant le catarrhe auriculaire. Il importe donc d’effectuer une prévention avec un nettoyage régulier des conduits auditifs (tous les 15 jours), avec le lait auriculaire Biocanina. Pour soigner une otacariase, on effectue un nettoyage du conduit auriculaire avec le lait auriculaire Biocanina avant d’appliquer le traitement spécifique : Canicatarrhe.

 

La teigne.

 

Les mycoses sont surtout représentées chez le chien par la teigne. Sous la forme classique, la teigne provoque l’apparition de zones rondes, de la taille d’une pièce de monnaie, sans poils, légèrement enflammées et comme couvertes de poussière. Elle est facilement transmissible aux humains et notamment aux enfants. Le traitement comporte des applications locales d’antifongique systématiquement complétées par des administrations orales (griséofulvine ou kétoconazole) pendant un mois.

 

Chez le chat.

 

Les dermatoses parasitaires sont peu différentes de celles du chiezn. Compte tenu de la sensibilité particulière des l’espèce à de nombreux insecticides, l’utilisation des pyréthrines (lotion Insectide Biocanina) et des roténones (Polyinsectol spécial chats), doit être privilégiée par rapport à tous les autres insecticides : ces principes actifs ne présentent pas de risque toxique.

 

Les gales sont surtout représentées par la gale de la tête (gale notoédrique) et par la cheyletiellose. Elles se manifestent par des chutes de poils et du grattage. La gale de l’oreille ou otacariase, encore plus fréquente que chez le chien, doit être prévenue et traitée régulièrement avec le lait auriculaire Biocanina et Canicatarrhe.

 

La teigne est souvent rencontrée chez le chat. Elle peut prendre le forme de zones rondes de la taille d’une pièce de monnaie, sans poils, légèrement enflammées et comme couvertes de poussière, ou se développer sous une forme diffuse ou inapparente, difficile à diagnostiquer. La contagion humaine étant possible, il est indispensable de consulter un vétérinaire avant d’effectuer un traitement.

 

Dermatoses bactériennes.

 

Chez le chien.

 

Les infections cutanées ou « pyodermites » ou « eczéma infecté » se manifestent par des plaques enflammées, éventuellement purulentes ou croûteuses, avec ou sans chute de poils. Elles sont souvent dues à un staphylocoque dont le développement ne se fait que chez les individus prédisposés.

Leur traitement est parfois difficile ; il peut faire appel à plusieurs moyens, associés ou non :

-          Traitement général pendant des périodes prolongées, avec un antibiotique. Celui-ci doit être actif sur les germes présent, qui sont le plus souvent des staphylocoques ou des pseudomonas ;

-          Traitement anti-inflammatoire et antiallergique par la bouche : corticothérapie avec Dermatt ;

-          Traitement des causes métaboliques et/ou nutritives de l’eczéma : Dépuratif Biocanina, Pilocanis ;

-          Traitement local avec des antiseptiques : Baume Biocanina, Lotion souveraine, éventuellement associés avec un anti-inflammatoire : Lotion Biocanina anti-inflammatoire.

 

Chez le chat.

 

Les infections cutanées s’expriment rarement par des pyodermites. Le chat est souvent l’objet d’abcès, de phlegmons et de fistules au niveau de la face, du cou et à la base de la queue. La guérison peut être obtenue, après ponction ou ouverture spontanée, avec des compresses prolongées de Lotion souveraine appliquées 2 fois par jour et jusqu’à cicatrisation. Le traitement peut être complété, dès que la cicatrisation est amorcée, par l’administration d’un antibiotique. Une intervention chirurgicale est parfois nécessaire.

 

Dermatoses allergiques.

 

Chez le chien.

 

Elles étaient autrefois regroupées sous le terme d’eczéma, aujourd’hui considéré comme impropre et imprécis… Les causes d’allergie à expression cutanée, trop nombreuses pour être toutes envisagées ici, peuvent être regroupées en différentes catégories :

-          Dermatites allergiques de contact : produits ménagers, résidus industriels, matières plastiques (colliers), médicaments, tapis, moquettes, végétaux…

-          Dermatites allergiques d’origine alimentaire : la viande de bœuf et/ou le lait sont les principaux responsables (80 %), loin devant les céréales (5 %) et les additifs alimentaires (5 %).

-          Dermatites par allergie aux parasites : Indépendamment et en plus de leur pouvoir prurigène (qui provoque les démangeaisons), tous les parasites peuvent causer des allergies cutanées.

 

Le traitement des dermatites allergiques comporte plusieurs actions :

-          Rechercher et, si possible, supprimer la cause pour faciliter la guérison et éviter les rechutes.

-          Traiter par voie générale : la corticothérapie avec Dermatt donne des résultats souvent spectaculaires ; mais comme cette thérapeutique ne supprime pas la cause, elle n’évite pas les rechutes. On est donc souvent contraint de renouveler les administrations, ce qui présente d’ailleurs peu d’inconvénients à condition de respecter les doses normales.

-          Appliquer sur les lésions, des lotions antiseptiques et calmantes (Lotion souveraine, Lotion Biocanina anti-inflammatoire).

 

Chez le chat.

 

Les dermatoses non parasitaires peuvent dans leur grande majorité être rattachées au syndrome dermatite miliaire. La cause prépondérante est l’allergie aux piqûres de puces, mais il existe aussi, comme chez le chien, des causes hormonales, psychologiques et alimentaires.

Les formes classiques se manifestent par du grattage ou du léchage, des chutes de poils sur le dos, une alopécie ventrale ou des lésions d’éosinophilie au niveau des lèvres ou des membres.

Le traitement de choix utilise Féliderm ; on peut aussi employer un corticoïde oral (Dermatt) et un traitement local (Lotion souveraine ou Lotion Biocanina anti-inflammatoire).

Les dermatoses du chat ont une conséquence classique au niveau digestif : au cours du léchage, la langue, râpeuse, provoque l’arrachage intensif de poils qui sont avalés et induisent une obstruction partielle du tube digestif par des boules de poils (vois problèmes digestifs page 18 et 19). Il est nécessaire de traiter la cause du léchage et d’entretenir le bon état du pelage avec Félicalcion et Shampooing démêlant.

 

Dermatoses d’origine alimentaire.

 

Elles sont la conséquence d’un mauvais équilibre de la ration alimentaire ou de carences en certains éléments : vitamines (E, A, B6, Biotine…), acides gras poly-insaturés (vitamine F), oligo-éléments (zinc, sélénium…) et acides animés soufrés. Tous ces nutriments peuvent être facilement apportés en quantité équilibrée avec :

 

Chez le chien, Pilocanis poudre ou comprimés appétents.

 

Chez le chat, Félicalcion comprimés appétents.

 

Dermatoses par auto-immunisation.

 

Elles sont dues à une allergie de l’organisme contre ses propres constituants.

 

Chez le chien, le traitement utilise des corticoïdes par la bouche (Dermatt) et sur les lésions (Lotion Biocanina anti-inflammatoire). La thérapeutique doit être en général continuée et/ou renouvelée pendant toute la vie de l’animal.

 

Chez le chat, on peut employer soit des corticoïdes par la bouche (Dermatt), soit l’acétate de mégestrol (Féliderm).

 

Alopecies.

 

Ce terme désigne l’absence ou la raréfaction du poil, plus ou moins intense, plus ou moins étendue, avec ou sans démangeaisons. Elles surviennent surtout dans le cadre des différentes dermatoses mais peuvent également constituer une entité. Les causes peuvent être héréditaires, hormonales ou, surtout, alimentaires. L’emploi de Pilocanis chez le chien, Félicalcion chez le chat, aide dans tous les cas à l’amélioration de pelage.

 

Désinfection des plaies.

 

Il est indispensable d’adapter le traitement à la gravité des lésions selon les principes suivants :

-          Lésion peu étendue, peu profonde, sans décollement de la peau par rapport aux tissus sous-jacents : appliquer Biocanispray 3 fois par jour.

-          Lésion peu étendue et anfructueuse : appliquer des compresses de Lotion souveraine avant chaque pulvérisation de Biocanispray.

-          Lésion étendue, profonde ou avec décollement de la peau, surtout lorsqu’elle est située sur la moitié supérieure du corps : consulter un vétérinaire pour drainage et suture éventuels.

 

Entretien du pelage.

 

Les chats comme les chiens supportent très bien d’être lavés et brossés à condition qu’ils y soient habitués pendant leur jeune âge.

Dans les races à poil long, il peut donc être utile d’effectuer les shampooings dès l’âge de 4 mois, même si ce n’est pas encore indispensable, le pelage n’ayant pas encore acquis tout son développement.

 

Chez le chien, le Shampooing démêlant est utilisé pour éviter le nouage des poils et permettre un brossage et/ou un peignage efficace : yorkshires, lévriers afghans, setters, etc.

 

Chez le chat, le Shampooing démêlant est utilisé pour éviter le feutrage du poil qui devient impossible à peigner et pour éviter la formation de boule de poils dans le tube digestifs : races à poils longs, chats angora.