<<< retour à la page d’accueil

 

<<<  Retour à la page

Nos conseils

 

 

Fiches Conseil :

 

> Allergies respiratoires

 

> L’Asthme

 

> La Cystite

 

> Dépression

 

> Diabète insulino-dépendant

 

> Diabète non insulino-dépendant

 

> Epilepsie

 

> Hypertension artérielle

 

> Mal de dos

 

> Ostéoporose

 

> Rhume et Toux

 

> Soleil

 

> Troubles gastriques

 

 

 

 

 

 

Plan du site

Vous êtes ici : Accueil > Nos conseils > Reflux

gastro-oesophagien

* Que savoir sur le reflux gastro-œsophagien ?

Le reflux gastro-œsophagien est une affection assez répandue : environ 4 millions de Français en seraient atteints. Il correspond à une remontée de liquide gastrique, donc acide, dans l’œsophage, et parfois jusque dans la bouche. Remontée rendue possible par une baisse de tonus du muscle circulaire, le cardia qui, placé entre l’œsophage et l’estomac, est physiologiquement chargé de s’opposer à ce phénomène.

En fait, le reflux gastro-œsophagien est normal après le repas, tout au moins tant qu’il reste modéré; fréquent et important il devient pathologique et doit être efficacement traité. Celui-ci est très désagréable : survenant souvent la nuit, il réveille en sursaut le patient.

* Les principaux symptômes sont représentés par :

- une sensation brutale de brûlures au niveau du sternum, remontant dans l’arrière gorge et même la bouche,
- survenant en se penchant en avant ou au cours de la nuit,
- une irritation chronique de la gorge,
- une impression de digestion lente,
- une difficulté à parler le matin, à type d’enrouement (en raison de l’inflammation des cordes vocales due aux remontées acides durant la nuit).

Parfois, il se manifeste, d’une manière trompeuse, par une toux ou une bronchite chronique, une sorte d’asthme, et même par des crises ressemblant à celles de l’angine de poitrine (douleurs au niveau du cœur avec éventuellement une irradiation dans le bras gauche).

* Les risques de complications :

Dans de très nombreux cas, l’évolution du reflux gastro-œsophagien est bénigne, outre les symptômes désagréables de la maladie, qui évolue souvent par "poussées ".
Néanmoins, dans certains cas, le reflux provoque plus ou moins rapidement des complications au niveau de l’œsophage, dont certaines peuvent être graves :
Œsophagite (inflammation persistante) – ulcères – rétrécissement – cancer (rare).

* Les examens complémentaires :

L’examen complémentaire essentiel, surtout après 50 ans, est représenté par la fibroscopie, qui peut être réalisée sous anesthésie locale ou générale de très courte durée.
Le médecin peut ainsi confirmer ou infirmer le diagnostic, rechercher une autre cause aux symptômes et mettre éventuellement en évidence une complication qui fait toute la gravité du reflux gastro-œsophagien.

* Les grands principes du traitement :

- Le médecin peut prescrire différents types d’anti-acides très efficaces, des médicaments qui renforcent le tonus déficient du cardia, le muscle circulaire qui placé entre le bas de l’œsophage et l’estomac, empêche en principe la remontée de liquide acide ou encore qui accélèrent la "vidange " de l’estomac dans l’intestin.
- Les médicaments sont souvent prescrits pour une durée de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois ou années.
- Certains médicaments peuvent être pris par le patient à la demande en cas de besoin.

* Comment améliorer votre traitement ?

Les conseils d’ordre général et surtout diététiques sont utiles :
- maigrir en cas de surpoids,
- éviter les gros repas, surtout le soir,
- éviter de s’allonger après le repas (observer un délai d’au moins 2 heures avant de
  se coucher),
- arrêter le tabac,
- éviter les épices forts (poivre noir, piments rouges…),
- diminuer la consommation d’alcool, café, d’une manière générale les liquides
  (potages abondants, par exemple), menthe, chocolat, graisses (y compris les
  fromages),
- relever la tête du lit d’environ 15 cm.

* Dans quels cas demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien ?

La surveillance du traitement est essentielle : si les symptômes persistent, réapparaissent après une phase d’accalmie ou s’aggravent, une nouvelle consultation s’impose.
- En l’absence de complications, l’objectif majeur du traitement est le soulagement des symptômes, permettant un retour à une qualité de vie normale.
- Signalez à votre médecin ou à votre pharmacien que vous souffrez de reflux gastro-œsophagien; certains médicaments, en théorie, favorisent en effet le reflux :
 . anti-hypertenseurs,
. hormones (utilisées notamment dans la contraception et la prise en charge de
  la ménopause),
. produits contre l’angine de poitrine

* Une régurgitation acide implique-t-elle obligatoirement l’existence d’un  "reflux gastro-œsophagien maladie" ?

- Pas obligatoirement.
- C’est la répétition, l’importance du reflux et la gêne occasionnée (mais attention : un reflux peut parfaitement être inconscient, notamment la nuit) qui en fait une maladie devant être traitée efficacement.
- Après le repas, il existe un reflux naturel, qui ne s’accompagne dans ce cas d’aucuns symptômes et ne provoque aucune complication.
- Cela étant, le reflux gastro-œsophagien "maladie " est très répandu :10 à 20% des adultes présentent un reflux gastro-œsophagien anormal au moins une fois par semaine.

Les complications sont heureusement rares mais doivent être dépistées à temps en raison de leur gravité.

* Attention aux symptômes ORL…

Les symptômes non digestifs du reflux gastro-œsophagien sont trompeurs et peuvent amener à consulter par erreur un spécialiste ORL au lieu d’un gastro-entérologue.
Il s’agit, par exemple :
- d’altérations des cordes vocales,
- d’enrouement chronique,
- de pharyngite (inflammation de la gorge) chronique,
- de mauvaise haleine,
- de sécrétions trop abondante de salive,

* Quelques idées fausses … ou vraies.

- Une alimentation grasse favorise le reflux gastro-oesophagien ? Vrai
- Le risque de complications s’élève avec l’âge ? Vrai (surtout vers 50/60 ans)
- La complication la plus redoutable est la cancer de l’œsophage ? Vrai (mais heureusement rare ; mais d’autres complications sont plus fréquentes)
- Le traitement initial peut être arrêté dès la disparition des symptômes ? Non (la durée minimale est fixée par le médecin)
- En l’absence, confirmée, de complications on peut se contenter d’un traitement " à la demande " ? Vrai (votre pharmacien vous conseillera le ou les produits les mieux adaptés à votre cas)
.