<<< retour à la page d’accueil

 

<<<  Retour à la page

Nos conseils

 

 

Fiches Conseil :

 

> Allergies respiratoires

 

> L’Asthme

 

> La Cystite

 

> Dépression

 

> Diabète insulino-dépendant

 

> Epilepsie

 

> Hypertension artérielle

 

> Mal de dos

 

> Ostéoporose

 

> Reflux gastro-oesophagien

 

> Rhume et Toux

 

> Soleil

 

> Troubles gastriques

 

 

 

 

 

 

Plan du site

Vous êtes ici : Accueil > Nos conseils > Diabète non insulino-dépendant

* Que savoir sur le diabète non insulino-dépendant ?

On distingue 2 types de diabètes sucrés :
- le diabète insulino-dépendant (DID)
- et le diabète non insulino-dépendant (DNID).

Dans le diabète non insulino-dépendant, il existe une mauvaise utilisation par l’organisme de l’insuline fabriquée par le pancréas et, au contraire, une disparition quasi complète de la synthèse de l’insuline par l’organisme dans le diabète insulino-dépendant.

Le DNID est défini par 2 critères en rapport avec l’hyperglycémie (la glycémie correspond au taux de sucre dans le sang) :
- une glycémie à jeun supérieure ou égale à 1,26 g/l (7 mmol/l), vérifiée à 2 reprises
- et une glycémie post-prandiale (mesurée 2 heures après un repas) supérieure ou égale à 2 g/l (11,1 mmol/l).

Le DNID apparaît souvent chez des personnes de plus de 40 ans et en surpoids.

* Point très important :

L’absence fréquente de symptômes évidents, au moins au début, explique en partie qu’environ la moitié des DNID demeure non diagnostiquée pendant de nombreuses années ; les complications de la maladie évoluent alors insidieusement.

* Des causes nombreuses…

Si les causes exactes du DNID ne sont pas encore totalement éclaircies, on sait que de nombreux facteurs interviennent : hérédité, âge (la fréquence augmente avec l’âge) ) une réduction de l’activité physique et surtout l’obésité (pour cette raison ce type de diabète est parfois appelé diabète gras).

* De multiples complications sont possibles…

La gravité d’un DNID non ou mal soigné réside dans ses complications, souvent longues à apparaître : attention au sentiment de fausse sécurité !
Mieux le diabète est contrôlé et plus lent sera le développement des complications possibles.
Celles-ci concernent essentiellement les vaisseaux sanguins :
- athérosclérose - artérite des membres inférieurs - angine de poitrine
- atteintes de la rétine (rétinopathie, risque de cécité),
des reins et aussi des nerfs (neuropathie : troubles de la sensibilité à la chaleur, à la douleur etc.).

Citons également les troubles des lipides sanguins, les infections génito-urinaires, la cataracte, le glaucome, des troubles au niveau des articulations, etc.

* L’objectif du traitement est de rétablir une glycémie aussi proche que possible de la normale.

Celui-ci est obtenu par deux moyens :
- un régime – toujours absolument indispensable
- et la prise de médicaments dénommés antidiabétiques oraux.

La surveillance régulière du traitement par votre médecin est absolument nécessaire : pour ajuster éventuellement votre traitement et aussi pour détecter et traiter à temps de possibles complications afin d’éviter de graves conséquences, comme des troubles de la vue ou une altération des reins.

La glycémie, bien sûr, mais aussi d’autres paramètres biologiques, comme les lipides du sang, doivent être surveillés très régulièrement.

* Conseils pour améliorer l’efficacité de votre traitement :

Il faut insister sur l’absolue nécessité de suivre très régulièrement un régime adapté, prescrit par votre médecin et de maigrir en cas de surpoids ; a fortiori d’obésité.

On recommande une alimentation riche en sucres lents (pâtes, riz, légumes secs) et en fibres alimentaires, limitée en protéines et en sel, diminuée en cholestérol et en graisses saturées (beurre, crème, lait non écrémé). La consommation des graisses mono insaturées (huile d’olive, d’arachide, de colza) et poly insaturées (huiles de maïs, pépin de raisin, tournesol) est conseillée ; sans excès néanmoins pour les secondes.

* Dans quels cas consulter votre médecin ou demander conseil à votre pharmacien ?

Le traitement du diabète exige une étroite collaboration entre le patient, son médecin et son pharmacien.
Signalez toujours votre état de diabétique auprès de tous les professionnels de santé auxquels vous pourriez faire appel. Portez toujours sur vous une copie d’ordonnances mentionnant les médicaments antidiabétiques que vous prenez.

Consulter sans attendre votre médecin ou demander conseil à votre pharmacien en cas d’infection cutanée (notamment aux pieds), d’une augmentation soudaine de la pression artérielle, de vertiges, de troubles digestifs persistants, visuels ou de la sensibilité nerveuse.

N’associer aucun autre médicament aux antidiabétiques sans demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

* Les grands principes diététiques :

L’éducation diététique tient une grande place, à la fois pour réduire rapidement un éventuel surpoids et pour mieux contrôler la glycémie et donc diminuer le risque de complications à long terme qui constitue le vrai danger de la maladie.

Voici quelques conseils :

Faire au moins 3 repas par jour, ne pas grignoter entre les repas, manger davantage de poissons, préférer les modes de cuisson sans graisse, manger peu de graisse, diminuer les graisses d’origine animale, privilégier les féculents, éviter les boissons sucrées (sauf en cas d’hypoglycémie), manger des aliments riches en fibres, adapter votre alimentation à votre activité physique, faites usage des édulcorants délivrés en pharmacie (aspartam, saccharine etc.)…

* Luttez contre la sédentarité…

Faites du sport si vous le souhaitez, mais surtout ne soyez pas sédentaire. Mais attention, les résultats n’existent que tant que dure l’activité physique. Il faut donc que l’activité physique soit régulière.

Voici quelques conseils : préférer la marche à la voiture, les escaliers aux ascenseurs, faites des randonnées, du jogging, du cyclisme, de la natation, du golf ou encore du ski de fond.
Une durée d’exercice de 30 à 60 minutes, 2 à 3 fois par semaine est recommandée.

* Faites-vous surveiller régulièrement…

Consultez régulièrement votre médecin.
Parmi les points importants à surveiller, citons :
-  le poids - la glycémie - la tension artérielle - les lipides sanguins (cholestérol, triglycérides) - la vue - le système cardio-vasculaire - les pieds - la peau - les urines (recherche d’infection ou d’une altération des reins)

Important : l’arrêt d’un éventuel tabagisme est impératif.

* Quelques idées fausses…ou vraies.

- Les troubles visuels font partie des complications à long terme du diabète : vrai
- La prise de médicaments suffit au traitement du diabète : faux
- Le diabète non insulino-dépendant survient plus souvent après 40 ans : vrai

* Contacts utiles :

- Association française des diabétiques: 01 40 09 24 25
- Diabète solidarité recherche: 05 45 83 94 80
- Ligue des diabétiques de France: 05 59 80 29 52
- Maison du diabète: 03 20 72 32 82