<<< retour à la page d’accueil

 

 

 

En savoir plus sur :

 

La DHEA

 

 

 

DHEA, voir aussi :

 

www.dhea.fr

* Définition :

La femme, plus que l'homme, est sensibilisée par le problème des hormones. La ménopause est un cap important dans sa vie et son médecin ou son gynéco la soutiennent pendant cette période. L'hormonothérapie est une révolution au même titre que l'accouchement sans douleur. Comprendre ce qu'amène l'équilibre hormonal c'est apprécier l'importance du rôle des hormones.
Moteur de la vie sexuelle, les hormones alimentent la différence homme/femme. C'est la raison pour laquelle l'homme est aussi confronté à ce processus, mais d'une manière différente. Moteur de la vie sexuelle, donc moteur de la vie tout court. C'est la raison pour laquelle hommes et femmes se retrouvent confronter à des situations identiques. L'apparition des rides, la teinte "cire" de la peau nous sont communes.
La DHEA est une de ces hormones, capable de se convertir via un système enzymatique spécifique, en hormone mâle (androgène) ou femelle (oestrogène). C'est la raison pour laquelle on l'appelle souvent "mother hormon", l'hormone mère.

Elle est produite principalement comme les autres hormones dans les glandes surrénales (au-dessus des reins) vers l'âge de 6 ans et atteint son maximum vers la trentaine. A 70 ans, nous n'en fabriquons quasiment plus.
Comme la prégnénolone, elle est synthétisée à partir du cholestérol et est sous le contrôle de l'ACTH. Elle est également synthétisée dans le cerveau. La DHEA existe sous deux formes :
- la forme libre a une durée de vie très courte.
- la forme stable sulfatée (sDHEA).

La DHEA, abréviation de la déhydroépiandrostérone est une molécule qui fait partie de la famille des stéroïdes. Isolée en 1931 par Butenandt, dans les urines, elle fait l'objet de dosages précis vers la fin des années 50. Ces recherches ont permis de confirmer sa diminution avec l'âge. Le Professeur Etienne-Emile Beaulieu découvre en 1960 que cette hormone est secrétée par les glandes corticosurrénales, sous forme de sulfate de DHEA, véritable molécule retard naturelle (1960).

Le professeur Beaulieu passionné par d'autres aspects de ses recherches (il découvrira plus tard la pilule abortive) ne reprendra ce dossier que plus tard. Associé à des gérontologues comme le Professeur Françoise Florette et entouré d'une équipe dévouée, il aboutit à une étude clinique probante.

Les résultats de cette étude donne le coup d'envoi d'une campagne médiatique et aujourd'hui la DHEA signifie " pilule anti-âge " ou " cure de jouvence " .

On fabrique la poudre de DHEA à partir de plantes de la famille des dioscoréacées : la racine de l'igname sauvage (ou yam) en particulier, est la plus concentrée des sources connues. Ces plantes poussent dans les régions chaudes, comme la Chine, l'Inde, le Mexique.

* Vertus prônées :

Résultats de l'étude " PAQUID " qui viennent d'être publiés (juin 2001) par la revue de l'Académie américaine des sciences (PNAS).

La DHEA augmenterait l'espérance de vie de certains individus. C'est ce qu'indique l'étude "PAQUID " (Personnes Agées Quid): 290 personnes âgées (65 à 69 ans), ont été suivies pendant 8 ans.
Résultats :

  • hétérogénéité de la population : nous ne produisons pas tous en même quantité l'hormone DHEA dans notre corps.
  • une corrélation négative entre le niveau de DHEAS naturelle et la mortalité, pour les hommes de moins de 70 ans. En revanche, cette corrélation DHEA/taux de mortalité n'a pas été observée chez les femmes.
  • les chercheurs estiment qu'une faible quantité de cette hormone dans le sang aggraverait les effets du tabac sur l'organisme. En effet, le taux de DHEAS semble être un témoin fiable de décès chez les fumeurs masculins.

De nombreuses actions " bienfaisantes " sont attribuées à la DHEA (augmenter la force musculaire, stimuler le système immunitaire, soigner la sclérose en plaques, prévenir les maladies cardiovasculaires, ralentir la progression des maladies de Parkinson et d'Alzheimer,…) mais aujourd'hui rien n'a sérieusement été démontré: échantillon d'individus non représentatif et durée d'étude trop courte.
Toutefois un certains nombres d'études cliniques sont en cours….

Patience…

* Législation :

 

La situation particulière des Etats Unis mérite que nous nous attardions. D'une part elle sert d'exemple à ce qu'il ne faut pas faire : du lobbying pour un laissez-faire. D'autre part, les USA servent de base d'expédition aux commerçants américains voulant vendre leur DHEA. Il est bon de savoir à quelles contraintes ces commerçants sont soumis aux USA. Nous y reviendrons dans un prochain dossier spécial.

Le point sur la législation en France.

Le paradoxe de la situation de la DHEA en France vient du fait que premièrement elle n'est pas reconnue comme étant un médicament mais elle est exclusivement vendue en pharmacie (!) et que deuxièmement, si n'importe qui, peut acheter la DHEA-matière première, seuls les pharmaciens sont habilités à la transformer en l'incorporant à une préparation magistrale suivant une prescription médicale. Le paradoxe est de demander aux médecins de se substituer à un vide législatif et de faire autorité dans une situation de carence officielle.

Le rôle du médecin.
Aujourd'hui, le plus inconfortable. Sans l'attitude d'"ouverture de parapluie" de son ordre et des pouvoirs publics, la majorité des médecins se sent capable de juger de l'âge auquel les personnes peuvent espérer un résultat favorable, des contre-indications à suivre comme dans d'autres traitements hormonaux, des analyses à demander pour vérifier les carences et du suivi à effectuer.

Le rôle du pharmacien.
Le pharmacien élabore une " préparation magistrale " à partir d'un produit vendu comme une matière première. Le pharmacien prend donc la responsabilité de la teneur en DHEA dans sa préparation et de la qualité de la DHEA elle même. Cette dernière responsabilité est partagée en filière avec son fournisseurs de matières premières.
Il faut noter que le pharmacien suit une prescription : l'ordonnance du médecin qui prend donc la responsabilité de la décision du traitement et du suivi qui lui semble indiqué.

Les pouvoirs publics et les organismes officiels.
Le syndrome du sang contaminé est présent et peu de personnes responsables sont capables d'un langage clair. Oui il faut poursuivre d'autres essais, mais qui va les payer ? Oui, il faut modifier les règles de l'AMM et permettre à un produit "non brevetable" de suivre une procédure différente de celle qui existe aujourd'hui... Oui, il faut être imaginatif et "hyperactif". Peut-être qu'un peu de DHEA leur ferait du bien...

* Précautions :

Sachez que si vous voulez de la DHEA, vous devrez passer une visite chez votre médecin. Et avant de vous délivrer une ordonnance, il vous prescrira un examen de contrôle de taux d'hormones (prise de sang).

Contre-indications :
La prise de cette pilule est fortement déconseillée dans les cas suivant :

  • aux femmes ayant eu un cancer du sein, des ovaires ou des cas dans leur entourage proche.
  • aux hommes, où l'on soupçonne un risque de cancer des testicules.
  • aux personnes ayant eu des antécédents de thrombose ou phlébite.
  • aux personnes de moins de 35 ans.
  • aux femmes enceintes ou allaitant et celles souhaitant avoir un enfant.
  • en cas d'insuffisance rénale, hépatique et cardiaque.

Effets secondaires :

Le manque d'études approfondies laisse subsister de grosses incertitudes quant aux effets secondaires (acné, augmentation de la pilosité, dysménorrhée, insomnie, etc.) En effet, il faut noter que chez certaines personnes, même à des doses aussi faibles que 25 mg par jour, la DHEA peut réduire le taux de "bon" cholestérol. Elle peut aussi provoquer l'accélération du rythme cardiaque, de l'acné et la pousse des poils.

De plus ses effets et sa tolérance à long terme dans la prévention du vieillissement restent encore mal appréciés. C'est pourquoi, la DHEA doit être utilisée que sous contrôle médical.

Que trouve-t-on en pharmacie?

Ce sont des " préparations magistrales " : il s'agit de DHEA, élaborée artisanalement dans les officines à partir de poudre de DHEA fournie par des distributeurs de matière première.  La poudre elle-même vient d'Inde et est fabriquée à partir de la plante Yam (Dioscorea villosa). Pour obtenir la DHEA, on extrait à partir de cette plante la diosgénine, et on modifie cette molécule chimiquement pour recréer la structure moléculaire de DHEA.

Que trouve-t-on sur internet?

Il existe un risque important d'escroquerie et de contrefaçon. En effet, les résultats des tests pratiqués par le Pr. Baulieu sur des boîtes en provenance des Etats-Unis ont mis en évidence des écarts entre la quantité annoncée et la quantité réellement présente dans les comprimés. Parfois, les comprimés ne contenaient aucune des hormones annoncées !

Source : dhea.fr