<<< retour à la page d’accueil

 

 

 

Fiche conseil

 

Hygiène de l’adolescent

 

 

* Les verrues et les mycoses.

 

Ces petits problèmes dermatologiques sont plus fréquents pendant l'enfance et l'adolescence en raison des activités sportives pratiquées à l'école ou dans les clubs sportifs. Les lieux les plus propices à la transmission des verrues et des champignons microscopiques sont les piscines et les douches des vestiaires et ce malgré toutes les précautions d'hygiène. Mycoses et verrues sont extrêmement contagieuses, mais leur traitement est simple et doit être pratiqué par un dermatologue.

Les verrues sont généralement brûlées à l'azote liquide et les mycoses superficielles se traitent assez facilement par l'application locale de crème, mais elles sont le plus souvent récidivantes. Les mycoses sont favorisées par la transpiration, le sol des piscines et le sable des plages et s'installent dans les plis de la peau, entre les orteils, au creux des coudes ou dans le pli des genoux. Certaines mycoses, les candidoses, se localisent plus particulièrement sur les muqueuses buccales, anales ou génitales. Elles s'apparentent alors aux maladies sexuellement transmissibles. Très souvent récidivantes, elles demandent un traitement adapté.

 

* Comment acquérir un sourire de star ?

 

Pour des raisons de santé mais aussi d'esthétique, la plupart des adolescents passent par la «torture» de l'orthodontie. Les traitements consistent dans la majorité des cas à arracher quelques molaires notamment à extraire les dents de sagesse avant qu'elles ne déforment la position des autres dents et à baguer chaque dent.

Sachez que parfois ces soins sont douloureux surtout dans les quelques heures qui suivent le resserrage des bagues et que l'adolescent ne sera sans doute pas d'une humeur agréable. Mais le plus difficile pour lui sera d'accepter les multiples brossages obligatoires matin, midi et soir. C'est une contrainte qu'ils trouvent horripilante.

L'orthodontie engage des dépenses assez importantes et demande des soins sur deux années environ, durée variable d'un adolescent à un autre. Attention, pour être pris en charge par la Sécurité sociale, ces soins dentaires doivent être engagés avant qu'un adolescent n'atteigne ses 16 ans. Heureusement beaucoup de mutuelles peuvent prendre le relais.

 

* Pourquoi faut-il avoir une bonne hygiène dentaire ?

 

Pour éviter les caries qui sont inesthétiques, douloureuses et dangereuses pour la santé, éviter des maladies des gencives et de la bouche qui peuvent provoquer des maladies graves ou tout simplement pour éviter de perdre ses dents.

 

* Je transpire beaucoup : est-ce normal ?

 

C'est à partir de la puberté que se mettent à fonctionner les glandes sudoripares situées sous les aisselles. Elles produisent d'autant plus de sueur que la chaleur ambiante est élevée, que le corps est couvert ou que les efforts physiques sont importants.

Dans un premier temps, la sueur est inodore puis, par oxydation avec l'air, elle devient odorante. Tout le monde ne transpire pas en quantité égale et pour les mêmes raisons. Le stress est aussi un facteur de transpiration, comme la peur.

Ne négligez pas non plus le fait que c'est souvent une manifestation somatique* de l'anxiété. Certains transpirent moins des aisselles et plus des pieds ou des mains et inversement.

 

* Je perds mes cheveux…

 

Certains adolescents perdent leurs cheveux de manière anormale. Deux raisons peuvent en être la cause.

La première : le sébum est sécrété en trop grande quantité et étouffe la racine du cheveu, ce qui provoque sa chute. Il sera remplacé en moins de trois mois. La pousse étant très lente, le seul soin possible consiste à stimuler sa croissance par des vitamines B1 et B6 qui ont une réelle efficacité. Présentées sous forme de gélules, on les trouve en pharmacie.

La seconde raison, notamment chez les garçons, est que cette perte annonce une calvitie précoce, le plus souvent de nature héréditaire. Dans ce cas, les tempes et le front se dégarnissent prioritairement. Malheureusement, aujourd'hui aucun traitement n'a encore fait réellement preuve d'efficacité.

 

* J’ai mauvaise haleine…

 

Malgré un bonne hygiène buccale, certains adolescents se plaignent de mauvaise haleine. Ce trouble est généralement le signe d'une digestion difficile, souvent trop lente. Mais les rhino-pharyngites à répétition ou les sinusites peuvent aussi avoir une influence, tout comme le tabac. Les solutions passent par des traitements locaux, brossages fréquents et bains de bouche rafraîchissants. Les digestions difficiles associées à la constipation et à des ballonnements doivent être soignés médicalement.

 

* Je dors mal…

 

Physiologiquement, le temps de sommeil nécessaire à la récupération est beaucoup plus variable à l'adolescence que pendant l'enfance. Certains adolescents n'ont besoin que de huit heures de sommeil alors que d'autres dorment facilement neuf à dix heures.

Le sommeil comprend deux phases : le sommeil paradoxal et le sommeil lent, d'une durée de 110 minutes. Environ, qui se répètent quatre ou cinq fois au cours de la nuit. À l'adolescence, la nature du sommeil évolue : le nombre de cycles diminue ce qui implique également la diminution du temps consacré au sommeil paradoxal, le rêve, et au sommeil lent. Aussi il est assez fréquent de constater un certain manque de sommeil chez les lycéens : ils se couchent tard et doivent se lever tôt pour aller en cours. Ils essaient pour la plupart de récupérer pendant le week-end en dormant jusqu'à midi. Les moins raisonnables profitent de la fin de la semaine pour dormir encore moins : ils sortent entre amis et se couchent au petit matin. Pour combler le manque de sommeil, il dorment tard le dimanche matin, font la sieste le dimanche après-midi et sont incapables de s'endormir le dimanche soir. Autant dire que le lundi, ils ne tiendront éveillés qu'avec du café ce qui, par abus d'excitants, les rendra incapables de s'endormir le lundi soir. Tout cela aboutit à un dérèglement du temps de sommeil. C'est le début de l'engrenage.

Cependant, il faut savoir qu'à l'adolescence il existe un phénomène d'hypersomnie physiologique qui se manifeste chez certains par un besoin accru de sommeil : ils ont besoin de faire des nuits longues et des siestes dans la journée. Non ce n'est pas de la paresse, comme le pensent certains, mais un besoin neurophysiologique.

 

* Des produits spécifiques aux ados.

 

Pousser sous la douche certains adolescents est une prouesse et pourtant une toilette quotidienne s'impose encore plus en raison des modifications hormonales qui favorisent la sécrétion dermique de sébum, rendant la peau du visage luisante et acnéique et le cheveux gras. Dans la pratique, il est recommandé pour les garçons comme pour les filles d'effectuer une toilette du visage matin et soir. Les garçons doivent plutôt utiliser un savon surgras ou un pain dermatologique pour peau sensible. Le père est un très bon initiateur au premier rasage.

Les filles préfèrent souvent les laits de toilette pour leur douceur et leur parfum. Ils se choisissent pour peau mixte ou grasse, se rincent à l'eau ou avec une lotion tonique non alcoolisée. Elles doivent hydrater leur peau avec une crème hydratante non comédogène, non grasse et fluide. Recommandez-leur encore de préférer un maquillage léger à la poudre libre. Elles doivent éviter le fond de teint ou les crèmes teintées qui, en bouchant les pores de la peau, favorisent les boutons d'acné.

Les cheveux gras se traitent en effectuant deux shampooings par semaine. Il est préférable de les choisir avec une base lavante douce associée à un principe actif régulateur de séborrhée comme le bois de Panama, l'huile de cade, l'ortie blanche ou l'argile douce. Attention, le shampooing quotidien a tendance à provoquer une réaction de compensation et une sécrétion accrue de sébum. Le sèche-cheveux ou le fer à friser sont à éviter car la chaleur favorise la production séborrhéique et fragilise le cheveux. Certains masques capillaires à base d'algues ou d'argile peuvent réguler les sécrétions séborrhéique.

À l'adolescence, les pellicules sont fréquentes. Elles sont provoquées par la desquamation de la peau du cuir chevelu sous l'effet de la séborrhée. Le stress a tendance à augmenter ce phénomène. Elles s'éliminent généralement par l'utilisation d'un shampooing traitant mais demandent parfois une prescription médicale.

 

* L’hygiène alimentaire…

 

Un Ado qui fait du sport :

La pratique du sport tel qu'un adolescent l'entend, c'est-à-dire en donnant son maximum, demande un apport énergétique important. Il lui faut donc des aliments riches en glucides lents comme, par exemple, les pâtes, le riz, le pain, les pommes de terre et les légumes secs. Un sportif, ou sportive, a aussi besoin d'un peu plus de sels minéraux et de vitamines dans son assiette. Les jours d'entraînement ou de compétition, sa ration alimentaire doit être au minimum de 3000 calories. Il est cependant préférable qu'il évite les compléments médicamenteux que l'on trouve en parapharmacie.

Des nutriments indispensables :

L'alimentation des adolescents a tendance à être carencée en vitamines et en minéraux. Les aliments « modernes », extrêmement raffinés comme les pâtes et le riz ou le pain blanc en sont la cause tout comme l'oubli, par la plupart des familles, des légumes secs. Les « plats » préférés et largement consommés à cet âge, comme le hamburger et la pizza, ne peuvent qu'accroître ce déficit. À tout cela, il faut ajouter les méfaits des régimes minceur farfelus dont sont friandes les adolescentes.

Le fer, le calcium, la vitamine B9 et le magnésium sont des nutriments indispensables à l'équilibre et à la santé de votre adolescent et il doit en consommer en quantité suffisante. Les adolescentes, en raison de leurs règles, peuvent être plus spécialement carencées en fer et en calcium. Cela se traduit parfois par un teint blafard et de la fatigue.

Le fer. Une adolescente doit découvrir les légumes secs qu'elle préférera peut-être froids, en salade ou cuisinés selon des recettes exotiques comme le chili con carne. Ils ne font pas grossir s'ils sont cuisinés dans peu de matière grasse et ils rassasient facilement les gros mangeurs. Ils ont également le double avantage d'apporter beaucoup de fer et de permettre ainsi aux adolescents qui consomment beaucoup de viande d'en manger un peu moins. Les apports en fer se font aussi par la consommation de viande, de poisson ou d'oeufs (deux par jour).
Le calcium. Il n'est pas produit par le corps humain, il faut donc l'absorber. Le manque de calcium se compense en consommant trois à quatre laitages par jour : lait entier ou écrémé, yaourts, fromages cuits ou fermentés. Les fromages cuits, type gruyère, sont parmi les plus riches en calcium, de 500 à 1270 mg pour 100 g. Certaines eaux minérales sont également riches en calcium. La vitamine B9. Elle est présente dans les céréales, les carottes, les légumes verts, la viande et les oeufs et, si l'adolescent les supporte, dans les abats.
Le magnésium. On le trouve dans les légumes secs, dans les céréales complètes, type müesli et pain complet, et dans les fruits secs, les bananes et le chocolat.

Etes-vous sensible à la publicité ?

Une nouvelle barre énergétique, un nouveau yaourt à boire, un autre concept de repas rapide, les innovations en matière alimentaire intéressent et tentent les adolescents. Les publicitaires le savent bien et les adolescents sont souvent les héros des campagnes de publicité. Le problème est que beaucoup de ces produits favorisent le grignotage, un défaut assez généralisé chez les adolescents. Celui-ci est source de déséquilibre lorsqu'il remplace les repas ou surcharge en lipides et en glucides un adolescent qui a quelques problèmes de poids. Le grignotage est encore souvent une manifestation de régression qui, comme chez l'adulte, est chargé de compenser dans l'immédiat un chagrin ou une difficulté. Plus de la moitié des adolescents avouent grignoter entre les repas. Il semble que ce sont les garçons qui soient les plus influençables télévisuellement : ils craquent devant les plaisirs gustatifs promis, sans craindre pour leur ligne.

Les adolescents classent en deuxième position, après leur famille, le média télévision comme source d'information sur les produits alimentaires. Il est vrai que leurs spots publicitaires sont programmés aux heures d'écoute des jeunes et montrent généralement des adolescents autonomes qui partagent leur plaisirs gourmands avec une bande de joyeux copains. Qui pourrait résister ?

 

Source : Médisite