<<< retour à la page d’accueil

 

 

 

ENQUETE SOFRES :

 

Les nouveaux comportements de santé des français.

 

 

 

 

          Afin d’étudier les nouveaux comportements de santé des Français, le département Santé de Taylor Nelson Sofres a réalisé une enquête pour le compte des laboratoires Merck génériques. Disposés dans plus de 4000 pharmacies sur l’ensemble du territoires, les questionnaires ont été directement remplis par les individus lors de leur passage dans les officines. Principal enseignement de notre enquête : les médicaments génériques jouissent d’une bonne image auprès de l’opinion. Si les répondants cherchent d’abord auprès du pharmacien des conseils en matière de délivrance de médicaments, c’est le médecin qui constitue leur principale source d’information.

Le pharmacien, d’abord un rôle conseil

          Environ 9 individus sur 10 identifient le rôle du pharmacien comme un rôle de conseil et de délivrance de médicaments. 95% des répondants leur demandent conseil, principalement pour des problèmes bénins (88%) type toux, fièvre, rhume, 43% pour des problèmes cosmétiques, et dans une moindre mesure, 25% pour des problèmes diététiques et 22% pour des problèmes de santé graves. Leur rôle en matière d’hygiène (56%) et de prévention (45%) sont moins perçus.

L’automédication concerne 8 individus sur 10

          8 individus sur 10 déclarent s’automédiquer. Inversement, un individu sur 5 déclare ne jamais s’automédiquer, essentiellement les femmes et les inactifs. Parmi les médicaments achetés en automédication, on trouve principalement les remèdes aux maladies bénines (rhume, 76% ; toux, 66% ; fièvre, 59%), puis aux problèmes de fatigue (vitamine, 41%) notamment chez les plus jeunes (56%). En moyenne, ce sont entre 3 et 4 médicaments qui sont achetés sans avis du médecin.

Les médicaments génériques bénéficient d’une bonne image

          L’image des médicaments génériques est bonne, surtout auprès des catégories sociales supérieures. Ainsi, les génériques sont perçus comme efficaces (79%, dont 92% chez les moins de 25 ans), bon marché (76%) et aussi sûrs que les médicaments d’origine (63%, dont 77% chez les moins de 25 ans).

Environ 70% des interviewés déclarent être prêts à demander des médicaments génériques à leur médecin pour contribuer à la réduction du déficit de la Sécurité sociale. Cependant, seulement un tiers des personnes interrogées demande effectivement ce type de médicament à son médecin. Toutefois, lorsque leur pharmacien leur propose des génériques – 90% des individus se sont déjà vu en proposer – 6 individus sur 10 l’acceptent " à chaque fois ", et 2 sur 10 " parfois ". De plus, afin de pallier les problèmes que rencontre la Sécurité sociale, 3 individus sur 10 sont prêts à se rendre moins souvent chez le médecin, et 2 sur 10 à acheter des médicaments sans ordonnance.

Le médecin, principale source d’information

          Enfin, les individus ayant répondu à notre enquête utilisent en moyenne trois moyens d’information différents en matière de santé : le médecin est le plus sollicité (76%), notamment de la part des personnes âgées (83%), devant le pharmacien (70%). Viennent ensuite la télévision (44%) et la presse (42%). Notons à cet égard que 6% déclarent utiliser Internet pour s’informer en matière de santé, notamment les moins de 35 ans (10%).

 

Source : Info Santé janvier 2002